JK COEURKatherine JOLLY, Artiste Peintre

 

Elles s’appellent Foulard de mer, Passion ou encore Vue du ciel, des noms qui sonnent l’avènement de Katherine Jolly dans le monde de la peinture.

Pour cette artiste qui se rêvait en peintre dès l’âge de 8 ans, il aura fallu attendre quelques années pour pouvoir explorer les profondeurs de son être.

C’est à Montréal, métropole cosmopolite à l’effervescence culturelle, que Katherine Jolly s’essaie à un art qui l’entraînait depuis si longtemps. Formée à la prestigieuse Université du Québec à Montréal, cette étape aura été la clef de voûte pour cette artiste, l’occasion de prendre conscience de la forte dimension de son art.

Katherine Jolly joue de ses peintures métallisées, chaleureuses et colorées. À travers ses œuvres, elle peint les paysages et scènes de vie de son imaginaire. Un air de poésie se dégage de ses peintures, comme une invitation au voyage et à la passion. Des mouvements, un air de danse, une valse transcendante qui laisse éclore ses talents.

Katherine Jolly se joue des limites. A la manière de Jackson Pollock, son mentor spirituel, elle explore sans retenue l’action painting, le pouring ainsi que le dripping où elle projette la couleur de manière contrôlée sur sa toile posée à même le sol, pour donner ses lettres de noblesse à la texture et à la matière. A partir de matériaux hétérogènes, elle compose et décompose avec aspérité sur ses toiles, en manipulant une peinture métallisée qui délivre un coup d’éclat à ses oeuvres.

Katherine Jolly ne privilégie aucun support et son travail échappe aux classifications par discipline. Son art communique et se fond vers des articles usuels (rideaux, sacs, robes, etc.) qui reflètent sa peinture sous d’autres formes d’expression.

L’envie de peindre lui parvient dès l’aube et, c’est les yeux fermés qu’elle imagine les associations de couleurs et textures. Un véritable besoin de créer, de se « défouler sur la toile » car pour elle, ce désir est plus persistant que tout autre chose. S’exprimer pour cette artiste est vital, nécessaire à son bien-être. Une source de jouissance et d’émotions intenses, des sensations qu’elle aspire à transmettre aux autres.

Katherine Jolly songe à faire partie d’un ensemble. « Faire pour être soi au plus près de ce qui habite l’âme et non faire pour paraître », une pensée qui reflète bien l’authenticité de cette artiste. Car, comme aimait à le dire son illustre mentor, Jackson Pollock « Oui, l’artiste moderne travaille avec l’espace et le temps et exprime ses sentiments plutôt que ne les illustre. »

Une manière pour Katherine Jolly de perpétuer la coïncidence qui lie le cœur à l’âme.